Sites Web - vers le HTML5



HTML5 (HyperText Markup Language 5) est la prochaine révision majeure d'HTML (format de données conçu pour représenter les pages web). 

HTML5 vise à préserver une compatibilité maximum des sites web sur l’ensemble des terminaux informatiques du marché (ordinateurs, smartphones et tablettes tactiles).

Cette version est en développement en 2012. HTML5 spécifie deux syntaxes d'un modèle abstrait défini en termes de DOM : HTML5 et XHTML5. Le langage comprend également une couche application avec de nombreuses API, ainsi qu'un algorithme afin de pouvoir traiter les documents à la syntaxe non conforme. Le travail a été repris par le W3C en mars 2007 après avoir été lancé par le WHATWG. Les deux organisations travaillent en parallèle sur le même document afin de maintenir une version unique de la technologie. Le W3C vise la clôture des ajouts de fonctionnalités le 22 mai 2011 et une finalisation de la spécification en 20141, et encourage les développeurs Web à utiliser HTML 5 dès maintenant.
( http://fr.wikipedia.org/wiki/HTML5 )


HTML5 et Web App : avantages, inconvénients

L’avantage majeur est que la Web App en HTML 5 n’a pas besoin d’utiliser d’autres composants comme Adobe Flash, Google Gears, ou Microsoft Silverlight. Le HTML5 peut, tout seul, afficher des vidéos, des extraits sonores, intégrer le drop and drag. Cela le rend consultable par n’importe quel terminal quel que soit son constructeur ou son OS. Il n’y a donc plus besoin de créer une application par Smartphones ou par OS.

A ce jour, tout n’est pas encore possible avec HTML5, tous les modules ne sont pas encore finalisés par le W3C. En effet, si la géolocalisation est tout à fait possible en HTML5, la réalité augmentée, la boussole, le gyroscope ou la visio-conférence sont encore des domaines réservées encore pour quelques années aux applications natives. Un autre domaine n’est pas encore bien couvert est celui des jeux.

Voici quelques exemples de « success stories » à propos d’application web :

1/Financial Times

Le Financial Times a fait le choix de retirer son application mobile de l’App Store (fin août 2011) pour proposer une web app en HTML5. Cette décision a notamment été motivée par le refus des conditions imposées par Apple qui se commissionne sur chaque abonnement ou acte d’achat à hauteur de 30%.

La Web App en HTML5 offre les mêmes fonctionnalités que l’application iOS mais est accessible depuis les navigateurs Web des appareils mobiles iOS et des autres plates-formes.


2/YOUTUBE

Google a mis en place cette année, le site mobile de Youtube passe en version HTML5. La ressemblance avec une application est frappante car le HTML5 a permis de bénéficier de quasiment tout ce qu’on développer avec du Flash ou du Java : vidéos, abonnements, recherche, boite de réception. L’application est en plus cela très réactive.

3/LinkedIn

Le réseau social LinkedIn a également franchi le pas vers le HTML5, avec une webapp très pratique et bien conçue. L’URL est désormais « touch.linkedin.com », et permet aux utilisateurs de mobiles notamment de passer directement par cette adresse.
Rapide et réactive, cette version met l’accent sur l’expérience utilisateur. Elle donne rapidement accès à la messagerie, aux mises à jour, à au profil et au réseau de l’utilisateur.

4/Twitter
Twitter, la plateforme de micro-blogging, qui dispose déjà d’une application officielle sur l’iPad a décidé de remplacer son interface web par une nouvelle version entièrement basée sur le HTML5.
Cette nouvelle application web ultra-rapide pour les smartphones et les tablettes a été conçue pour fournir les mêmes fonctionnalités que les clients Twitter comme TweetDeck, HootSuite, Tweetie, Twhirl ou l’appli mobile Twitter, sans nécessiter de téléchargement ni d’installation sur votre appareil mobile.



Android dit adieu à Flash

( LMI, 16 août 2012 )
Guère convaincante sur smartphones, et en perte de vitesse sur les ordinateurs au profit du HTML5, la technologie Flash d'Adobe abandonne définitivement la plate-forme Android. 

Certes, beaucoup de contenus web ont encore besoin du plug-in Flash pour fonctionner. Mais la norme HTML5 a rapidement gagné en popularité. Si bien que, même si la décision d'Adobe pourrait empêcher certains sites de fonctionner sur les appareils Android, ceux-ci ne devraient pas en être privé pendant très longtemps. 

Le contexte n'est pas très différent sur les autres grandes plates-formes mobiles, à l'exception de BlackBerry OS, puisque Research In Motion a dit qu'il continuerait à supporter Flash et le HTML5 dans le futur. Les prochaines versions de Windows Phone n'assureront qu'un support limité, et iOS n'a jamais été concerné par le standard. 


Flash Player : Une mort présagée et désormais officialisée

( macgeneration.com, 4 juillet 2012 )
Une page se tourne pour Adobe qui a désormais pour but de promouvoir son logiciel «Adobe air» qui permet de développer des applications en HTML 5. 
Adobe assure que Flash est remplacé à 80 % par les standards du web. 
Adobe estime aussi que non seulement les standards du web arriveront à parité de fonction avec Flash, mais aussi qu'ils iront beaucoup plus loin.
 ...





Comments